chaque semaine l'Ère du temps en lien avec l'actualité

Viens voir toi-même !

Publié le 4.11.21
Quand j’étais enfant, ma famille habitait dans un lotissement à côté d’un quartier principalement composé de logements sociaux. Plusieurs de mes camarades vivaient dans des appartements, alors que j’avais le privilège d’une maisonnette avec un petit jardin.

À l’époque, dans les années 70, on voyait souvent sur les marchés et les foires commerciales des forains qui vendaient des marchandises de pacotille en montant un petit spectacle. Ils installaient une table recouverte de velours avec plusieurs objets curieux, dont un chapeau. Celui-ci bougeait de temps en temps, car il cachait un animal mystérieux. Le vendeur débitait tout un baratin autour de ce spectacle, destiné à faire affluer la foule. Il faisait monter la tension, toujours sur le point d’enlever le chapeau pour révéler ce qu’il y avait dessous, mais à la dernière minute, son discours partait sur autre chose.

Sous ce chapeau se trouvait un cochon d’Inde. Je le savais, car j’en avais plusieurs chez moi, et je reconnaissais le bout de museau qui pointait parfois sous le bord du couvre-chef. La plupart de mes camarades n’avaient pas d’animal de compagnie. Beaucoup d’entre eux n’avaient jamais vu un vrai cochon d’Inde. Ce genre de spectacle de foire les captivait. Ils voulaient à tout prix voir ce qu’il y avait sous le chapeau. Et moi je pouvais simplement leur dire : « Mais viens voir chez moi à la maison. J’ai plusieurs cochons d’Inde. » Ce n’était pas quelque chose d’impossible à atteindre. Il suffisait d’aller chez la famille Hanley pour voir ça en vrai. Quand je leur parlais de mes cochons d’Inde, je parlais de mon expérience vécue, et je pouvais les inviter à faire de même.

C’est le fondement du témoignage chrétien : parler de ce que nous avons vu et entendu, puis inviter les autres à venir voir et expérimenter pour eux-mêmes. Pour cela, bien entendu, il faut que ce dont nous parlons soit une réalité que nous avons vécue, pas juste un principe, une philosophie ou un idéal.
J'aime, je partage

Actes 4.19-20

Mais les deux apôtres leur répondent : « (…) Nous ne pouvons pas nous taire sur ce que nous avons vu et entendu. »

Ce site utilise des cookies pour mesurer l’audience afin d'optimiser et personnaliser son contenu. Notre but est d'améliorer votre expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.